Français

CINÉMA ESPAGNOL « LES SIMULACRES » (PARTIE I)

Avant éroder les vieilles structures ont besoin de savoir comment ils fonctionnent. La production cinématographique en Espagne est basée sur l’argent public. Il n’y a aucune discussion à ce sujet. La loi prévoit une subvention AUTOMATIQUE de 33% sur l’investissement du “producteur”. Pas mal! Non, surtout si le concept est ainsi élastique pour inclure l’argent que les chaînes de télévision sont forcé d’investir dans le cinéma espagnol / européenne (5% de leur revenu total). Rien de moins.

Mais d’abord, nous allons clarifier certains concepts de base:

a) une subvention automatique ne dépendra pas que le film fait un box-office ridicule ou non, disons à la suite de spectateurs qui apportent € 100.000 peut encore frais jusqu’à à 1.200.000 d’euros en subventions à 2 ans de commercialisation. C’est vraiment automatique!

b) Les normes européennes, très appliquées en Espagne, tous les chaînes nécessitent l’achat annuel des droits de l’antenne locale pour un total de 5% de leur revenu brut. Il s’agit d’une tonne d’argent et il y a des files d’attente des producteurs derrière cet argent. Droit d’antenne des moyens qui sont exposés librement 2 ans après la sortie en salles. Il mai être dans la prime-time (rare) ou 2 heures du matin (le plus courant).

c) La télévision publique (fort partout en Europe) paie entre 200.000 Euros à 2.000.000 pour les producteurs de films. Parfois, quand le produit est «chaud», le prix mai aller plus haut que cela. L’achat de la chaîne privé encore plus cher.

La pleine garantie! Ainsi, l’avance de 33% dans les banques parce qu’elles ont l’Etat espagnol que garant et de l’argent (notes et les contrats) à la télévision, payable seulement lorsque le film est délivrée est également acceptable pour les banques. Budget couvert. Personne ne va investir même 1 € de sa poche. Compris? Sur la base de cette compréhension, nous ne pouvons aller plus loin et voir les résultats officiels sur le site Web du ministère de la Culture de l’Espagne à l’adresse suivante.

Nous pouvons voir les résultats finaux, super officielles: le nombre de spectateurs dans les théâtres, qui distribue, les chaînes de télévision publiques et privées qu’ont acheté droits de l’antenne. Toutes ces informations sont publiques pour tous. L’information cachée est le budget de chaque film. Révéler cette information est possible mais il faut une ordonnance du tribunal.

Mais nous considérons que chacun des films que je suis arrivé ici à titre d’exemples aléatoires ont un budget moyen de 1 million d’euros. C’est pour faire bonne mesure le marché de prix bas. Les résultats sont une honte nationale.

Promotion du cinéma espagnol

Film: A RAS DE SUELO (2005)

Datos de Distribución

* Empresa distribuidora: FAUSTO PRODUCCIONES, SL
Espectadores: 76
Recaudación: 392,10 €

Con la participación de: TELEVISIÓ DE CATALUNYA, S.A.
TVV TELEVISIÓ VALENCIANA

Film: MARIPOSA NEGRA

Datos de Distribución
* Empresa distribuidora: SHERLOCK FILMS SL
Espectadores: 5.062
Recaudación: 23.512,95 €

Film: FALTAS LEVES

• Producteurs:
DACSA PRODUCCIONS, S.L.
STEINWEG EMOTION PICTURES, S.L.
• Avec la participation de: RTVV; CANAL SUR; EITB; TV CANARIA; TELEMADRID
Distributor: COMPAÑIA PREMIUM DE VIDEO Y TV, S.L.
Spectators: 2.785
Gross Box Office Results in Spain: 9.907,40 €

Film: MUCHA SANGRE

# Producteur:
MASSA D’OR PRODUCCIONS, S.L. (www.massador.com)
# Con la participación de: TVE, S.A.
VÍA DIGITAL

* Public: 6.595
Box Office: 27.238,75 €

Film: DE NIÑOS
Productora:
MASSA D’OR PRODUCCIONS, S.L. (www.massador.com)

# Avec la participación de: TV3 TELEVISIÓ DE CATALUNYA
LA SEPT ARTE (Francia) y TELEVISIÓN ESPAÑOLA (TVE)

Distributeur: ALTA FILMS S.A.
Public: 17.885
Box Office: 66.490,20 €

Mais il n’y a pas de minimum pour obtenir la subvention? Oui, sur le papier il y a de nombreuses règles. Le dernier producteur énuméré auparavant n’a jamais fait ses objectifs, mais toujours a tout ce dont ils ont besoin. Pour être complet, le propriétaire de l’entreprise, un radical indépendantiste catalan est en traîne de produire et faire de regisseur d’un film qui peut être traduit approximativement à « la Catalogne contre l’Espagne = Espagne contre la Catalogne ». Connus pour sa haine et les discours xénophobes on peut s’attendre à une merveilleuse pièce de “patriotisme” inflammatoires et honteux et tous payés par l’argent public. Pour les anti-catalan y anti- socialiste (PSOE) je dois signaler un fait historique, elle était un ami proche du ministère à l’époque Aznar (quelque chose entre Le Pen et Sarko) temps qui a eu le plus grosse faveurs à Madrid, Plaza del Rey, 1. (Adresse de l’ICAA- CNC espagnol).

Selon les règles, la majorité absolue des sociétés cinématographiques se trouveraient déjà faillite, mais selon les gouvernements et la sympathie qui s’arrangent peuvent contourner la réglementation et continuer à jouer. Tout avec l’argent public. Ces personnes jouent le rôle de premier plan dans le front contre la “piraterie”. Pourquoi ? Personne ne veut ses films de toute façon comme que les chiffres le prouvent:sans doute. Le fait est que les faits rapportés ici les mettre à leur place insignifiante et aussi une vidéo sur YouTube, qui a mille ou un million de téléspectateurs de plus que eux et infiniment de meilleure qualité.

Désolé les mec du le vieux cinéma! Je ne suis pas mort et que tout est loin d’être terminée. (A suivre)

December 12, 2009

LES DROITS CIVILS X COPYRIGHT: IL N’EST PAS NÉGOCIABLE!

Traître, ingrat, misérable, et ainsi de suite. Ce sont là quelques noms, j’ai été appelé depuis que j’ai décidé de rendre publique ma position concernant la vraie guerre a été déclarée entre les côtés des « guerriers contre le numérique » (voraces défenseurs du droit d’auteur) et les « libertaires du monde numérique ». Ces derniers n’acceptent pas les impositions ont publié un manifeste qui a brûlé dans le monde de l’Internet en Espagne. Je soutiens pleinement ce Manifeste. Qu’il n’y ait aucun doute là-dessus.

Ce qui se joue ici, c’est quelque chose de beaucoup plus profond qu’un un jeu des chasseurs pour l’enfants. Dans un petit pays comme l’Espagne, que je suppose que la moitié de l’humanité ne sait même pas situer sur la carte. Laisser tomber son historie. Toutefois, nous devons revenir à l’année 1936 quand un coup d’Etat, a fait exploser une guerre civile sanglante, à laquelle, à travers l’Europe et le monde fermé les yeux. Il était l’Espagne et ce n’était pas leur problème. Elle a été suivie par une dictature pendant 39 ans. Actuellement, l’Espagne peut et probablement sera joué comme un jeu de scénario. En 1936, l’Allemagne et l’Italie ont appuyé le fascime et ont bombardé la population civile dans un tel bain de sang inconnu jusque-là par l’humanité. Quand en 1939, Hitler, enflammé tout le continent et le monde à la fin, tout le monde savait déjà à quoi s’attendre de la grande guerre véritable. Il est arrivé des situations de test de la vieille Espagne quelques années auparavant. Le pays, par son histoire particulière, depuis l’Empire romain a toujours joué le rôle du scénario de grandes guerres.

Guernica de Pablo Picasso

Après avoir travaillé de nombreuses années dans « l’industrie » du cinéma, de la télévision et de la musique, dans de nombreuses positions différentes, et également la vente de mon sang pour les petites sociétés (indépendantes) dans un esprit bêtement idéaliste, j’ai accumulé des connaissances de la machine interne et vu tous les astuces qui peuvent être joués par chaque joueur aux « sein de l’industrie »: de l’écrivain au distributeur, en passant par le producteur et les régisseurs, descendant a la table de la secrétaire de la production. Par exemple : je n’ai jamais vu une liquidation positive (décompte final où le «profit» doit être payé par hypothèse vers les producteurs), jamais du tout. Même s’il y avait cents à gauche, l’entreprise productrice serait encore «endettés» chez les distributeurs. S’il y avait des profits, ils tomberaient dans les comptes des dépenses et des développements futurs. Aucun profit, aucun impôt sur le revenu qui sera payé. On repart à zéro et tout le monde a continué à être l’ami de toujours. C’est comme ça que le jeu est joué. Les producteurs donnent des miettes de pain pour les écrivains et les réalisateurs, ils paient leur hypothèque ou à louer, jusqu’à l’épicerie. Une façon de maintenir leur loyauté et de gratitude. Les acheteurs des chaînes de télévision publiques ou privées sont invités par les producteurs pour les banquets, les vacances sur la Riviera et ils reçoivent des dons généreux comme de boîtes de champagne en cadeau de Noël (totalement légal) à allouer leurs ressources à ces producteurs amicales dans leur cercle. Le haut niveau de les emplois de l’industrie du divertissement, film spécialement, qui sont énormément contribué au PIB, apportent à l’économie dans les moyennes général 4 à 5 salariés (y compris parfois le propriétaire de la boîte) en gagnant environ € 1200 par mois sans durée légale du travail (40 heures / semaine en Espagne). Ils devraient être “heureux” parce qu’ils sont dans leur chemin vers la gloire. C’est leur dû à l’industrie d’être payés une misère avant de gagner le droit de ” faire vraiment quelque chose”. Tout le reste, lorsque les subventions tombent en place, et lorsque la chaîne de TV se combine également les achats, ils vont de la location et embauchent. Il y a littéralement une armée de gens désespérés là-bas pour obtenir les salaires de deux mois (temps de production moyenne). Et ils volent comme les moustiques dans la jungle. C’est merveilleux à voir et triste de se rendre compte qu’ils vivent également des rêves. Qui doit être respectée, pour vivre un rêve et la moitié du temps a cote de la famine.

Europe

Ceci c’est l’espagnol, c’est français, italien et presque toute l’Europe, et encore pire aux États-Unis où j’ai des amis à gagner le même depuis 1991, oui, exact, il y a 18 ans et le salaire hebdomadaire le même. Ceci n’est possible en Europe, car il y a des spéciales “coussin social” où la masse, les gens qui font vraiment le film, peut retomber dans les assurances de travail et pas se transformer en mendiants. Telle est la vérité et je n’ose quiconque de me prouver le contraire l’embauche d’un cabinet de recherche indépendant sans intérêts divergents dans ces industries.

Vous devriez être en demandant pourquoi je « trahis mon peuple ». Quel est mon intérêt dans tout cela? Ma réponse est simple: je veux voir des gens différents, de nouveaux talents, de nouvelles idées jaillit et de nouvelles façons de faire des affaires. La médiocrité est produite par le système qui a été rentable jusqu’à ce que les moyens de reproduction fussent réservés. J’ai aimé voir ce Arin Crumley a fait avec “Four Eyed Monster» et par ailleurs je détestait que 10 jours avant le tournage principal mon film a dû être annulée parce que la co-productrice a décidé un qu’elle me faisait un super « faveur », en plaçant sa signature sur le document de l’impact des subventions sur le contrat final de la coproduction (à avancer les subventions chez les bancs pas chez elle !) Et m’a ordonné de renoncer à tous mes droits à elle. Il a été un viol brutal mais j’ai été assez fort pour y résister et de lui envoyer à la merde. Mon film n’a pas été fait, mais je regarde vers l’avenir et elle se tourne vers les cadeaux qu’elle doit donner les gestionnaires de station de télévision locale de ces jours fériés. Je suppose que je suis mieux que ce qu’elle est. Toujours et pour toujours! Je joue pour l’avenir et les autres restent à conserver les privilèges mesquins.

Je suppose que le talent est d’être nourrie, embrasé, et soignés. L’Italie avait l’une des scènes les plus dynamiques du cinéma du monde entier et est réduit à néant. Un acteur italien m’a dit un jour: «Les anciens, aussi brillantes qu’elles soient, ne permettent pas d’espace pour une nouvelle génération et nous avons maintenant la médiocrité ou de rares exceptions”. Ce n’est pas l’avenir, que je veux pour l’Espagne, pour l’Europe et comme une question de fait pour nulle.

Les numériques ont changé à jamais le scénario et il n’y a pas à revenir. Ceux-ci, des «artistes» ont matelas social où ils peuvent survivre trés bien (et certains ont multi millions dans les banques et aussi des biens), laissez-les reposer dans la paix là-bas. Il n’est pas acceptable pour les droits civils même discuter de céder à la défense du droit d’auteur. Encore moins quand le matériel protégé a été payé avec l’argent public. L’architecte charges du projet pour un pont, il est payé par le gouvernement ou quiconque, mais il ne conserve le droit de facturer tout le monde qui franchit ce pont. Point finale pour lui. C’est aussi une donnée que personne ne peut copier le projet, construire la conception du pont même ailleurs et dire que c’est leur propre création. Le droit d’avoir vos crédits à la réalisation d’un film, la musique ou de théâtre n’est pas dans la discussion. Votre mérite est de les créer et vous avez été payé pour cela. Vous scénaristes et les réalisateurs: combien d’entre vous prié chez les producteurs de vous donner une chance? Combien d’entre vous ont renoncé à des salaires? Give me a break! Si cette copie quiconque la paternité de mon écriture et le publier sans même me nommer, je vais saisir les tribunaux de droit. Si mon nom est mentionné, s’il vous plaît allez-y! Vous êtes invités à publier n’importe où! Creative Commons, certains droits, à savoir la paternité est réservée. Reproduction? Faites-vous avec quelques clics!

Et la musique alors? Les maisons de disques payées cher des stations de radio, les programmateurs de télévision, etc. de jouer votre musique afin d’avoir votre musique atteindre le public. Telle est aussi la réalité. Il y a moins d’une décennie. Donc, laissons tomber les masques! Les jeunes gagneraient une voiture de luxe, la multinationale ferait des tonnes d’argent.

Et du côté le plus physique de la matière: il n’est pas possible de contrôler ce que vous faites à travers vos haut débit. Il suffit que ça! Les États-Unis a mis au point et distribué des logiciels sophistiqués qui brouille l’adresse IP sortant et entrant à donner à la population iranienne afin de dépasser la censure de l’ayatollah. La seule façon de contourner, et même ainsi, il serait difficile que l’enfer, serait un modèle chinois de « Cyber Patrol ».

DROITS CIVILS NE SON PAS NEGOCIABLE

Ainsi, mes amis, Sarkozy faisait ce qu’il voulait (sauf placer le « Prince » dans l’EPAD), et les gens parlaient mais ne se préoccupaient pas trop de l’Hadopi. Quoi qu’il en soit il y a un chemin. Bon et bien respectés de mes amis français ont écrit en réponse à moi ces derniers jours et m’a fait réfléchir pourquoi les Espagnols sont si différents: parce que la seule idée du gouvernement mettre leur nez dans notre vie et nos actes est au-delà toute acceptation. Le mémoire de la dictature est dans l’ADN peut-être. Nous ne pouvons pas négocier les droits civils pour une loi des droits d’auteurs obsolète, viciée dès le début à la fin. Encore une fois, l’Espagne est un laboratoire de la liberté en Europe. Espérons que cette fois, les gens vont nous rejoindre et prendre cette tâche comme si c’était la défaite du national-socialisme, il y a 70 ans et ne pas tourner le dos avec indifférence. Ce qui arrive ici, s’il réussit, se répandra. Au moins en Europe et en Amérique latine, une telle proposition aux Etats-Unis, eh bien … c’est à dire dans un autre « livre ».

December 6, 2009

Internet est en feu à l’Espagne (et le gouvernement aussi)

Le Premier ministre Zapatero a été le premier gouvernement élu en 2004 comme une conséquence directe des nouvelles technologies (internet et SMS) et les risques d’être les premiers à perdre le gouvernement s’il ne fait pas reculer la prétention de l’adoption d’une politique répressive contre les téléchargements des Internet.

M. Zapatero

Pour commencer, nous avons une industrie milliardaire où les artistes vivent à palais de style Hollywood qui ne cause aucune pitié dans la population en général. Deuxièmement, en Espagne, le P2P n’est pas illégale: tout le monde paie à l’achat de n’importe quel DVD vierge, CD, iPod, ordinateur portable, ou tout dispositif électronique, un «canon» (taxes) qui va nourrir les arcs multimillionnaire des agences de recouvrement de l’auteur. Troisièmement: piratage c’est copier et vendre des œuvres des autres. Ce n’est pas le cas ici, le droit à la copie a été acquis une fois que vous avez payé pour la copie / périphérique multimédia.

Mais, aveugle au fait qu’environ 75% de la population est connectée à l’Internet et à la sortie de ces 80% ont l’habitude de télécharger des produits pour leur propre consommation, le gouvernement a décidé de “glisser” dans une loi économique générale pour lutter contre la récession, les instruments qui crasse le rôle des tribunaux de droit et de transférer des compétences au Ministère de la Culture, commandée par un représentant du syndicat des vieux cinéaste le droit de couper les connexions et les sites Web si elles considérées comme aptes à le faire.

Les lois du droit d’auteur doivent être totalement remanié. Il est inconcevable que la “propriété” reste les auteurs «bien» 70/80 après sa propre mort. Il est aussi immoral et révoltant que, dans l’Europe et d’autres pays où les films sont essentiellement payés avec l’argent du public demeurent, comme une propriété privée.

Les conséquences de tels actes ont été rapides: en 6 heures 58.000 blogs en Espagne, où ont été imputés et dans les 24 heures de plus que 1 million de pages reflète le problème selon Google.

Ministres Socialiste d'Espagne

Aujourd’hui, le gouvernement (Ministère de la (in) culture) a appelé les personnalités les plus influentes de l’Internet en Espagne pour «discuter» la question. González-Sinde, le ministre de la (in) culture abandonné la réunion dans la moitié du temps avec quelques excuses idiotes.

Elle doit se rendre immédiatement et d’une discussion sérieuse sur l’étendue du droit d’auteur doivent être menées en Europe et dans le monde entier.

Les lits sont en feu et nous ne resterons pas attendre passivement les lois répressives dans le style de la scandaleuse l’Hadopi en la voisine France.

December 3, 2009

La promiscuité, les parasites et la bière

Simplement Arianna Huffington a de nouveau déclenché des vautours d’une seule pierre. Félicitations Arianna! Elle a expliqué en détail les arguments ridicules de M. Murdoch, de News Corp. (Fox et Wall Street Journal), et certains des arguments du New York Times, dans une grande revue aujourd’hui dans le Huffington Post.

Arianna Huffington

Arianna Huffington

Je comprends que le New York Times de désespoir est d’essayer un peu de tout, toutes les potions magiques afin de maintenir sa grandeur du siècle dernier. Il s’agit d’un groupe de professionnels qui méritent tout notre respect.

Mais comme Arianna a brillamment exposés dans son poste aujourd’hui, Murdoch appelle tous «les voleurs» que lui pratique (les vols présumés), sérieusement, sans honte ni excuses: en citant Techdirt.com, le post montre que “The Wall Street Journal a une section de technologie qui n’est rien d’autre qu’un parasite – euh, je veux dire, agrégateur des contenu « étranger ». FoxNews.com a une programme politique pleins des vampires appelée Buzztracker – Euh, je veux dire des agrégats et des liens vers des articles sur une variété de sources différentes, y compris le New York Times, Washington Post, MSNBC et autres.
AllThingsD a une section intitulée Voices qui ne recueille que des journaux, mais a aussi un beau morceau de texte – et met a la disposition des liens en petits caractères au bas de les textes.

Et Murdoch Nouvelles Corp est également propriétaire de l’IGN, qui a une grande variété de propriétés Web, y compris Rotten Tomatoes, une magazine sur le cinéma, film site – qui est entièrement composé de critiques de films couplée ailleurs. Vous avez dit le mot «voler»?

Quand les gens dans la catégorie « Murdoch » décide faire quelque chose contre une situation particulière, on peut prévoir toutes sortes d’actions sale, et la crasse qui descend la route. Ce genre de «personne» ne savons tout simplement pas le concept d’équité. La seule façon de comprendre le monde que nous avons fait ne référence à la hauteur de sa puissance, qui, considérant les choses comme elles sont, ne restera pas la dont ils sont pour longtemps.

Un vieil ami en Allemagne avait l’habitude de dire « la bière ne doit pas être vendu, mais mise à loyer, comme presque toujours, laissez-nous dans les bars où nous avons bu. » Et bien sûr, je ne pouvais pas arrêter de rire quand je lis Arianna commentant un discours qu’elle avait à l’écoute à Monaco à partir d’un magnat allemand du nom de Mathias Döpfner, PDG de l’éditeur allemand Axel Springer et créateur du tabloïd allemand Bild (commande 25 % du marché européen de presse dans 32 pays et plus de 150 journaux et magazines), en disant: «Si telle est votre décision d’affaires pour offrir des boîtes de bière gratuite, eh bien », dit-il. « Mais loin de donner gratuitement notre bière ».

Cet accident a causé une certaine compréhension pour notre bien-aimé Arianna: «Il semblait une métaphore étrange. L’information n’est pas la même chose qu’un produit qui ne peut être consommés une fois par une personne. Si vous utilisez une histoire, vous mai être l’un des millions de gens qui font de même. Si vous consommez une bière, personne d’autre ne peut boire ».

Bien, bien, il y a “certains gens” avec des habitudes étranges, qui mai décider de “recycler” leur propre bière, afin de ne pas partager leur produit avec les germes de la salle de bains dans les bars. L’amour pour leurs “productions”, peut-être.

December 1, 2009

(Internet) FICOD 09 HAUTS ET DES BAS DE LA CONFÉRENCE

Je pense qu’il est temps de résumer et de faire le point sur les hauts et les bas de FICOD 09 (Conférence International des Contenu Internet à Madrid, Espagne, du Novembre 17/19) qui comptait environ 8000 participants en fait l’un des plus grands le monde. Honnêtement, je ne me soucie pas de sa taille, mais la qualité est très importante pour moi et donc je vais essayer de mettre un peu d’ampoules sur les temps forts et les points faibles de son aussi.

Pour l’instant, Bernardo Hernández (Directeur Mondial du Marketing International de Google) et Kevin Spacey brillent dans les étoiles de la constellation. M. Spacey a montré comment il fait une combinaison du grand art, la compréhension de la réalité et embrassant les défis plutôt que de se battre comme des chiens enragés “sur le chemin de leur repos final (un autre poste qui lui est consacré et ici en bas). Bernardo, le “Golden Boy” de l’internet en Espagne a fait un brillant exposé des faits, des chiffres, des vues, et surtout l’émotion inhérente à la dominance de Google sur Internet. Certains des chiffres sont absolument effarantes: au cours des 25 dernières années, la capacité des processeurs ont augmenté de 3500 fois, tout en réduisant le prix de RAM a été 45.000 fois la réduction de prix de stockage (HD) a également diminué pas moins de 3,6 millions de fois. Cela dit, il a montré que la principale distinction de l’Internet pose aux avancées technologiques antérieures est la vitesse effrayante: avec seulement 50 millions d’utilisateurs et 3 ans de “age”, de parvenir à une dépense de publicité mondial 1 milliard de dollars, il a pris 3 ans alors que le même nombre d’utilisateurs, tels que la radio et la télévision ont eu 37 et 15 ans respectivement. Il y a dix ans Google n’existait pas, aujourd’hui, c’est de pouvoir rivaliser avec Microsoft.

Bernardo Hernandez

Bernardo Hernández

Por la conferénce en anglais, cliquez ici Pour la voir en espagnol, cliquez ici.

Toujours du côté positif, je voudrais souligner le nom de Rodolfo Carpentier, et Carlos Blanco, courageux et passionné “pépinières” de l’Internet en Espagne, qui n’ont épargné personne, ont accusé les grandes capitaux de risque pour le développement d’Internet en Espagne tout simplement d’amateurisme (dans le mauvais sens du terme) pour négligence et ignorants des possibilités qui manquent souvent dans le reste de l’Europe et les Etats-Unis.

Avant de quitter le côté obscur de la conférence il faudrait louer le courage de Javier Sanchez (fondateur pionnier de l’ADNStream) face à l’obscurantisme des représentants des entreprises EGEDA (Association des producteurs d’Espagne) et la SGAE (agence de recouvrement pour auteurs pour l’Espagne et l’Amérique latine).

Presque noir : les représentants des agences de recouvrement des copyrights, représentants de l’industrie musicale défait partout présenté comme un exemple de ce qu’il ne faut faire (les pauvres!) L’invitation malheureux de la MPA (Motion Picture Association of America), dont le représentant a dit à l’auditoire d’une manière pathétique que son passé était l’agriculture, mais si c’est pour défendre l’Amérique il ferait tout aussi bien lors de cette conférence. Vraiment honteux! Le ministre de (in) culture qui évidemment lu un discours étudié par de nombreux consultants, à cette occasion afin d’empêcher ses bévues d’habitude, mais ne pouvait toujours pas se contenir et arrêter la transmission de la voix agressive en lisant sa déclaration de guerre au “piratage” et sa défense du droit d’auteur. Discours, qui, n’étant pas particulièrement belliqueux comme elle aime, il est sorti parmi les dents de sa bouche avec haïne. Particulièrement embarrassant si l’on regarde le contexte: elle a été précédée par Ana Gomez, représentante américaine et le pays invité spécial n’a pas dit un mot au sujet de l’application ou l’application des lois, mais au lieu dit tous les efforts que les États-Unis met en améliorant ses infrastructures dans la mesure du possible à cette période de récession. La ministre de (in) la culture a été suivie par le ministre de l’Industrie et du Commerce de l’Espagne (hôte et sponsor de l’émission) a été plus modérée dans les attitudes et les positions, mais il a manqué une belle occasion de faire des annonces politique gouvernementale qui ferait une réelle différence dans la tonalité générale de la réunion. Président du gouvernement Zapatero, devrait également avoir trouvé un endroit pour venir à l’ouverture du salon et pour l’Espagne et le monde que la récession est en fait considérée comme une occasion de changer les modèles économiques archaïques qui minent l’avenir du pays et de montrer la volonté politique changement de régime de croissance pour les générations futures.

Comme toujours, l’Espagne a son charme, chaud au coeur et du classicisme et stoïque à la nouvelle. J’aime le pays, je me sens à l’aise dans les rues de Madrid, Barcelone ou Séville. Accents et le changement du langage corporel, mais l’essence, pour le meilleur ou pour le pire reste la même pour toutes les parties. L’auto complaisance, le complexe d’infériorité avec les voisins (en Europe, bien sûr) et à leurs homologues américains, mais aussi la mentalité aristocratique et féodale (traduite en heure numérique) de refuser de modifier les attitudes, démocratiser les relations et d’espaces et d’embrasser le «étranger et différent”, comme les États-Unis faire dans les temps difficiles ou de l’expansion: peu importe d’où tu viens, les Américains d’analyser ce que nous avons à offrir. Peu importe ce que vous avez à offrir, des Espagnols (et les Européens en général), regarde qui tu es et “quelles sont ses véritables intentions $”? C’est une mentalité qui maintiendra l’Europe a toujours du retard si pas changé. Il est temps de comprendre le commerce mondial tout numérique et que tous les «nationalisme» sont les frontières de l’esprit craintif du renouvellement. Ne défendent pas une invasion “hypothétique”, mais plutôt, l’isolant vous écrasera si solitaire, «sûr que toute la vie”.

Les deux côtés du même médaille

Lula, le nouveau «chef » des chefs du G-20 (dans ça tête) a reçu avec un accueil chaleureux et contre la volonté de la majorité du peuple brésilien qui ont alphabétisation suffisant pour comprendre ce qu’il est et où l’Iran, son «camarade »Mahmoud Ahmadinejad.

Lula et son ami


“Si l’Iran est un acteur majeur dans cette désaccord, alors il est important d’avoir quelqu’un assis avec l’Iran, parlant à l’Iran et essayer d’établir un équilibre, de sorte que la société sera de retour à une certaine normalité au Moyen-Orient”, a déclaré Lula, selon le The New York Times et la presse internationale. Attention : Je viens cherché de nouveau (22:00 GMT) et dans la presse française sans nouvelles lorsqu’elles sont disponibles sur le fait. Bizarre !

Donc, finalement, on peut voir comme un ignorant, opportuniste politique arrogante comme Lula (oui, ce qui est certain, c’est qu’il est rampante, avec une histoire légendaire de la trahison dans son pays d’origine sur leurs propres «camarades» ) laisse tomber son masque d’être “l’homme”, acclamé par la naïveté d’Obama lors d’un sommet du G-20 et montre qu’il n’a pas de limites à leurs ambitions de devenir un leader mondial.

Contre la visite du dictateur

La visite du dictateur de l’Iran est une honte pour des millions de femmes brésiliennes, les homosexuels, les juifs du Brésil et de tous les démocrates en général, mais aussi une occasion de démontrer que, dans le sale jeu de pouvoir à tout prix, Lula gagne et de loin. Être un hypocrite, un «camarade» que reçoit sans scrupules avec des bras ouverts et le sourire large, une des personnes les plus vicieux et méchant qui a vécu sur la face de la terre.

Obama, s’il vous plaît soyez prudent avant de nous dire que quelqu’un c’est «l’homme» la prochaine fois. Tout le monde, sachez que « l’homme » a de longs couteaux et comme un autre homme politique autrichien populaire qui avait l’Allemagne dans les années 30 et il savait comment utiliser ses longs couteaux contre quiconque qui ose se battre à sa manière.

Lula l’artisan de paix! Il est risible venant d’un homme qui ne peut pacifier les favelas (bidonvilles) de Rio de Janeiro.

November 23rd, 2009

La grandeur de l’humilité

Kevin Spacey a donné un discours magistral dans le FICOD 09 (généralement honteux) qui touché et ému énormément de personnes qui ne sont pas seulement pour l’argent facile et les droits accessoires jamais durables (70 ans après la mort de l’auteur). Si rien de plus, la fortune versée par sa conférence, la sagesse et de la leçon d’humilité de M. Spacey l’a payé. L’humilité qui, dans les langues romanes est généralement confondue avec l’humiliation! Félicitations Kevin Spacey!

Kevin Spacey

Kevin Spacey


M. Spacey a fait un plaidoyer pour permettre à l’espace pour les nouvelles générations à relever l’escalier (mieux dit: l’ascenseur) et être autorisé à montrer leurs capacités. Il a rappelé comment Jack Lemmon a contribué à sa manière et la façon dont ils partageaient les mêmes valeurs en ce qui concerne l’ascenseur du “talent”. Les vrais bons n’ont pas besoin d’opprimer pour obtenir leur chemin dans le podium de la grandeur.

Pour la Conférence en Anglais complet, Kevin Spacey

Plusieurs sujets où soulevés au cours de son intervention et il a montré un esprit d’ouverture en ce qui concerne la posture de la révolution numérique. “Ceux qui se sentent et peut voir l’avenir l’embrasse”, a-il dit. Il semble clair que M. Spacey a vu il y a longtemps dans la mesure où la production d’un film avec une intrigue centrée sur rien moins que «Facebook» sera sa nouvelle production. Il ne pouvait pas être plus clair à ce sujet quand il lié à l’industrie musicale qui a embrassé le modèle de répression: «si vous ne donnez pas aux gens ce dont ils ont besoin, quand ils ont besoin et la façon dont ils ont besoin à des conditions abordables, ils trouveront leurs habitudes et ils vont l’obtenir gratuitement “.

Chapeau Kevin!

November 21, 2009

CONTENU DE L’INTERNET ET LE POUVOIR POLITIQUE

J’avais passé toute la nuit dans l’édition d’une courte vidéo et alla se coucher vers 7h30. Moins de 15 minutes après le son d’un SMS, à quelques minutes seulement après l’autre et l’autre. Le téléphone sonne. Je voulais le jeter contre le mur. « Vous ne savez toujours pas? » S’il vous plaît, je suis mort pour dormir laissez-moi dormir! « On viens de exploser l’Atocha (Gare de Madrid) et il y son des milliers de blessés et de morts. »

Je gèle le sang et a tiré au saut du lit. Télévision ! Toutes les chaînes diffusées en direct les scènes horribles de l’attaque plus violentes et catastrophiques en Europe après la Seconde Guerre mondiale. Je sus, et des millions d’autres espagnoles, aussi que nous avions commencé à payer le prix de la stupidité du gouvernement Aznar et son soutien à la guerre en Irak. La version officielle en accusant l’autre côté: il a été l’ETA (groupe terroriste basque). Ceux qui avaient la BBC, CNN ou de l’Internet, nous avons pu obtenir les versions des faits réels, qui sont relayées par SMS à des amis et parents. À la fin de Mars 11 tout le pays ne croyait pas les mensonges émis par les médias nationaux, pilotées par le gouvernement de l’Espagne (Aznar y cia.).

La gare d'Atocha et le Memorial des victimes


Pour qui se trouvait en Espagne au cours de ces jours, je ne dis rien de nouveau. Pour ceux qui l’ont vu de l’extérieur, je ne serai jamais capable d’exprimer ce que signifie être dans un pays prétendument démocratique où toutes les informations ont été manipulées de sorte que de remporter les élections auraient lieu 2 jours plus tard.

Sans Internet et sans les téléphones mobiles, avait passé la version officielle (qui étaient les terroristes de l’ETA) et l’avait emporté et récompensés couché menteurs qui jeta le pays dans une guerre insensée (Irak) et jusqu’à présent non résolue.

M. Zapatero a été le bénéficiaire de la première grande puissance mobilisatrice de l’internet et des communications mobiles. Obama est un phénomène mineur par rapport à la mobilisation électorale et la rotation du pouvoir. Un quart de la population espagnole sont descendus dans les rues en criant: «Avant de voter, nous voulons la vérité.” En chiffres comparatifs seraient 75 millions d’Américains et de 15 millions de Français. Obama a eu 69 millions de votes populaires.

Je me souviens de ces événements là et m’a fait grincer des dents de voir le millionnaire et triste spectacle que le ministère de l’Industrie et du Commerce de l’Espagne juste sponsor (FICOD 09) où près de 100% des intervenants, payée pour l’Etat pour être là a défendre sans vergogne un ou l’autre forme de censure au contenu Internet. Ces messieurs (Fonctionnaires de l’État) ne serait pas assis sur leur chaise, sans le rôle clé que l’Internet et des mobiles joua entre 11 et 14 Mars 2004.

Il y a beaucoup à dire sur les politiques du gouvernement actuel de l’Espagne. Pour l’instant je me concentrerai sur le fiasco intellectuelle (et des proportions mégalomanes
) qui vient de se terminer dans la capitale du Royaume Espagnol.

Toutefois, n’oubliez pas Monsieur le Président, qu’ils que vous a mis dans le bureau de mai également prendre le trône, mais au coût de remplacement avec les technocrates plus maladroit que son gouvernement actuel.

November 20, 2009

Ministre espagnole de la (in) culture, Mozart et les droits d’auteur

C’est vraiment étonnant de voir où arrive la stupidité, l’arrogance inhérente au pouvoir peut et l’honte que ça peut produire dans le monde. Eh bien, étant donné que nous sommes tous avec une mémoire fraîches en provenance de l’ère Bush, rien n’est plus absurde et même «gauchistes» se vantent de leur sagesse au monde comme si nous étions tous les disciples, adeptes ignorants de leur « direction ».

La semaine dernière, la ministre de la (in) culture de l’Espagne, la responsable de garder, de protéger et d’améliorer plus de 1000 ans de le patrimoine culturel humain stockés dans le pays (pour dire le moins) a déclaré publiquement à la RTVE (radio d’État et la Société Télévision – ), selon le rapport de l’éminent journal El País que Mozart a vécu dans la misère financière, parce qu’il ne reçoit pas de droits d’auteur »et s’il les avait eu, lui et sa famille aurait eu une vie meilleure”. Mme González-Sinde (in) culture est bien connu en Espagne et partout où elle est intervenue pour répandre sa « sagesse ». Néanmoins, elle a à sa disposition des conseillers pour éviter ses gaffes.

Mozart n’est pas toujours pauvre. Que nous avons tous (sauf elle, peut-être) savoir. Mais pourtant, il fut le précurseur de violation de copyright. L’article du journaliste respectueux et cultivé Enric González nous aide à porter les faits réels à la lumière. L’obsession pour défendre le droit d’auteur et de la répression en tout cas la ministre de la (in) Culture a fait d’elle supervisera le fait que Mozart “pirates” Miserere Dei, Deus de Gregorio Allegri.

le bidonville où Mozart est né

le bidonville où Mozart est né

En bref, la situation est ce morceau que la musique a été interprétée à l’intérieur du Vatican et les partitions de la musique est restée la propriété du Pape et avec seulement deux autres exemplaires: l’un entre les mains du roi de Portugal et l’autre avec un prêtre franciscain (musicien). Assez tristement, un enfant méchant, non respectueux de la loi appelé Wolfgang Amadeus Mozart s’était rendu au Vatican en 1770 et a écouté l’œuvre d’art. Son cerveau a fonctionné avec 64 bits de capacité de transformation et de retour chez lui, il a écrit les partitions. Quelques jours plus tard, il retourne au Vatican, a écouté une fois de plus et fait les corrections nécessaires. Un an plus tard l’œuvre fut publiée à Londres. Le Pape a regardé ailleurs.

Petit Criminel

Mozart, le gamin pénale


C’est là une violation de copyright Mme Ministre de la (in) culture de l’Espagne. Que feriez-vous avec cette sale gosse, si vous aviez le pouvoir de faire quelque chose? Prison de lui? Commande lobotomie? Qu’est-ce qu’un grand bénéfice à l’humanité que vous auriez provoqué en préservant le droit, le droit divin de préserver ces travaux que pour les oreilles de Votre Sainteté!! Honte à vous! Laissez vous en paix les Espagnols, et oubliez de un fois l’idée absurde de obliger le pays en arrière au temps des connexions à distance (128 kps) comme vous l’avez déjà défendu. Vous êtes en contre la culture, vous êtes en contre les progrès des sciences et des connaissances pour l’humanité.

«Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais». Cela semble être la fin conclusion a reprendre une fois on apprend qu’elle a, ses adjoints ou de quiconque au sein du ministère a copié presque mot pour mot sa propre biographie de Wikipedia sans mentionner celle-ci (ni les rédacteurs du wiki). Encore une fois: la honte sur vous! Et encore, faites a tous un faveur : renoncez a votre poste.

Certes, il y a des enfants là-bas brillante qui vous appellent des criminels et qu’ils seront nombreux à faire et faire partie de l’histoire, tandis que vous resterez un scénariste médiocre et si quelque chose de chanceux rappelée comme Antonio Salieri (le suceur de sang envieux de «Amadeus» le film): portrait comme vicieux, toxique défendant l’industrie, pas de les artistes.

November 12, 2009

La Production du Contenu Online: la loi du silence

D’accord l’effort de collecte d’informations auprès de toutes les sources possibles pour poursuivre la série d’articles sur les subventions publiques à la production audiovisuelle, je suis tombé sur un mur de béton et d’acier: le silence. Mon intention était d’interroger les décideurs, les responsables des institutions de l’audiovisuel, des instituts de cinéma et aussi les cinéastes, réalisateurs, producteurs, distributeurs, acteurs etc.,. etc. sur les politiques gouvernementales.

J’ai deviné que la tâche ne serait pas facile de démarrer et mes demandes ont été rejetées comme si j’étais un voleur, ou au moins une dangereuse menace pour le statu quo de leurs emplois et de revenus. Sans donner de noms, les autorités culturelles des États européens et d’Amérique latine, après avoir lu (ou pas) ce petit blog, ont catégoriquement refusé de donner n’importe quel type d’interview par e-mail, téléphone ou par quelque moyen que ce qu’ils son offert. La position officielle c’est que la loi est la loi et questionnement de ces lois est illégale pour soi même. Brandissant le drapeau de la loi, comme si son existence n’avait pas de valeur par rapport à la réalité de la population. Je dois rappeler à ces messieurs et dames qu’il fut un temps où l’esclavage était légal et qu’il était illégal d’aller contre lui. Oserait une telle chose aujourd’hui?

Peu de producteurs ont accepté le défi (et oui, certains d’entre eux courageusement portés volontaires pour donner leurs noms au public), mais néanmoins, la majorité absolue n’aurait tout simplement pas discuter des enjeux de la distribution numérique, les subventions pour la production de contenu online et la nouvelle réalité de la production de contenu pour l’Internet dans le contexte du haut débit. Aucun intérêt pour des raisons très évidentes.

Mais pourquoi toute la peur et la loi du silence auto appliquées? Qu’est-ce mal à l’humanité suppose de parler de ce qui est déjà une réalité, une réalité concrète?

Pour clarifier la situation, ouvrir un appel aux parties intéressées pour répondre aux questions que la société lui-même soulève et les autorités publiques et d’autres refusent de répondre, j’ai décidé de faire les questions du public envoyée a ces autorités. Quatre questions simples qui restent sans réponse:

1) Alors que le nombre de spectateurs de contenu audiovisuel en ligne se multiplie (au moins) dix fois le nombre de spectateurs dans les salles du monde entier est-il juste que l’Etat (qui représente le peuple) continue a subventionner la production avec la condition irrévocable de l’affichage dans les cinémas? N’est-il pas un anachronisme?

2) Pourquoi insister sur l’imposition de critères anachroniques qui vont à l’encontre des désirs et des habitudes de la majorité de la population?

3) Le contenu audiovisuel librement accessibles à tous sont expédiés à leur sort par les politiques publiques et non couverts par des subventions, mais appelle à la production audiovisuelle a conduit à l’exploitation commerciale dans les cinémas et / ou de télévision qui peuvent être considérés dans toutes les lumières comme la construction de biens privés par des fonds publics, avec les fonds prévues par les agences gouvernementales. Attendez-vous d’apporter un changement réel et rendre justice à la réalité de la consommation culturelle dans leurs pays?

4) Le public a le droit de choisir quand et où ils veulent accéder à des biens culturels et on ne pense pas que la production culturelle et des incitations pour qu’elle puisse être dispensé doivent refléter directement la demande du public? Et tenir compte de tous les intervenants, dans ce cas, les créateurs, l’égalité sur un pied d’égalité?

Il est tout à fait compréhensible que les gens essaient d’ignorer la réalité pour maintenir leur propre statut et des privilèges. Ma question, est-il possible de rester dans le déni?

November 5, 2009

Kids Web autorisés: un nouveau film en préparation

Un regard rapide sur le nouveau film en pré production en Uruguay au cours des deux dernières années et maintenant dans son premier cycle de production: le programme One Laptop Per Child (OLPC) a été mis en œuvre avec l’appui du gouvernement de gauche dans la première expérience mondiaux de distribution d’un ordinateur portable pour toute la population des enfants à l’école élémentaire publique. Les élèves de première à sixième année.

Si vous pensez et imaginez l’effet que cela va produire pour la nouvelle génération, est tout simplement époustouflante. D’abord, il brise le bloc principal à l’égalité dans une société qui est l’accès à l’information limité à ceux qui peuvent se le permettre. Je suis curieux de voir ce que le score de ces élèves par rapport aux générations précédentes et aussi par rapport aux enfants qui n’ont pas accès à ces outils à la fois.

Depuis que M. Nicholas Negroponte a présenté le programme, je dois dire que ma première réaction a été assez froide à cause du manque d’intérêt et de la irresponsabilité des gouvernements en matière d’éducation, en particulier si ces efforts sont dirigés vers les classes sociales les plus défavorisés. Toutefois, le président Vázquez (Uruguay), il a pris au sérieux et que le pays a été mobilisé pour atteindre un but et atteint le premier objectif: la saturation de la population jeune, avec la large diffusion de la propriété d’un ordinateur portable pour chaque étudiant. D’abord une petite échelle, peu coûteux mais efficaces, avec une connectivité totale, applications multimédia équipé de le système d’exploitation. XO.

Cette vidéo peut donner une première impression des les conséquences de l’étape aussi brave et absolument nécessaire vers la connaissance fondée sur la vrai société des informations:

Ces enfants sont susceptibles d’être en mesure de convertir la réalité socio-économique du pays de façon spectaculaire en moins d’une décennie. Les enfants sont compétitifs par nature, nous avons tous été une fois et nous le connaissons. Étant donné que ils serons en mesure d’atteindre pratiquement n’importe quel type d’information et de formation eux-mêmes (d’où les enseignants d’avoir à réajuster leurs rôles ou être dépassée par les étudiants), il n’est pas déraisonnable de s’attendre à ce que ces enfants forment un groupe massif de créateurs connectées. Ils sont déjà habile à la manipulation de photos, de créer de courtes séquences vidéo, de former des réseaux d’amis. Ils sont encore très jeunes, mais deviendront des agents actifs de leur propre vie et la définition même du pouvoir de la connaissance doit être réévalué. Comment allez imposer des critères pour les adultes aux jeunes générations, si elles n’ont pas les mêmes connaissances de leurs jeunes? Comment faire pour créer des applications, jeux, etc. sans la participation active et directe des protagonistes de ce véritable “nouvelle génération”?

Tout est ouvert, le point principal est qu’il existe des outils et c’est le bon type de subvention que l’État a le devoir de donner à son peuple l’accès aux savoirs et la liberté.

en attendant la “revolution”… bienvenue les subventions!!!

Comme je l’ai clairement dit avant  je ne crois pas à une révolution encore moins dans le royaume d’ego gonflé. Ce n’est pas la nature de la bête à manger ses propres entrailles, et tout le monde peut rester en paix à ce sujet: cinéastes, acteurs, producteurs et tous les impliqués dans le monde du spectacle ne vont pas suicider quand ils voient tomber les revenus et le naufrage dessous de la marque rouge.  Au moins dans tous les pays où les subventions sont en place, la balle sera tenue en cours. Le jeu est trop beau pour cesser aussi facile et ils le défendent avec acharnement, avec une bravoure et d’arrêter sans limites éthiques (la grande majorité), même si cela inclut la censure.

Mon intention ici est de cartographier de manière aussi extensive que possible la production de films autour du monde avec un accent particulier sur les pays subventionnés. Les États-Unis a son propre ensemble de règles, petit Etat financé incitations, etc.etc. et dans le but de cette série d’articles est tout simplement pas amusant de faire glisser son sale encore sorti. Pas encore.

BRÉSIL

Pour honorer le pays qui m’a vu venir dans ce monde, je vais commencer par le Brésil. Ouais, je suis Brésilien de naissance. Pas égaux, personne au Brésil est né égaux (la loi? Non, surtout pas égaux devant la loi) … Pas facile, facile dans le pays est considéré comme faible pour tout le monde et à cause de ça, une attitude méchante à la vie en général et à leur ” social-inferior-pairs ” en particulier … Et tout le monde sent qu’ils ont le droit suprême pour avoir tous les avantages dans le monde, existant et à inventer, sur tous supports et dans l’univers tout entier. À qui est habituée pour la langue utilisée dans les droits de contrats de distribution, n’est-ce pas son terriblement familier?

Que dis-je besoin de clarifier quelques choses aux nouveaux venus dans le royaume “brésilien”. Le pays dispose d’un considérable oligopole dans les médias en place depuis 44 ans appelé rien de moins que GLOBO (Globe), qui produit une énorme quantité de feuilletons quotidienne (quatre heures par jour x 4 spectacles différents x 6 jours par semaine) et cela suffit pour maintenir une armée de soldats combattant (artistes), bien rémunéré et vivant de la gloire de être renommée aux niveau nationale. Pour le portrait de l’ensemble du scénario serait prendre un livre et ce n’est pas le but de ces articles ainsi, en gardant court, ils peuvent avoir une production médiocre mais il y a une énorme production de fiction dramatiques qui a lieu dans le pays.

Les organisations GLOBO (l’empire médiatique se propage à des chaînes du câble, journaux, magazines, stations de radio, réseaux câblés, l’édition musicale, etc.etc) est porté à une position dominante par la dictature militaire dans les années 60 et n’a jamais baissé depuis cet temps là. Le régime militaire est allé vers le bas mais ils ont gardé leur participation et des clous sur le pays, appuyant le droit rebaptiser hommes politiques de droit dans un Etat démocratique faux. Actuellement, ce service dans le centre-gauche du gouvernement de Lula. Même s’ils disent qu’ils ne supportent pas, ils le font. C’est leur nature: toujours debout derrière les pouvoirs de fait. Et de leur position dominante a fait qu’ils élevés du centre, façonnés à leurs normes esthétiques pour les générations (pas rare de voir trois générations d’une même famille travaillant dans le département de l’entreprise) et qui a débordé sur plusieurs autres formes d’art: le cinéma est fait par les mêmes acteurs et un grand nombre de scénaristes et réalisateurs, le théâtre est dominé par les mêmes acteurs du soap-opéras, la musique entendue sur les ondes radio est la bande originale de leur programmation, etc.etc. Le «Global Production Standard”, qui englobent un ensemble normalisé d’éléments clés tels que l’éclairage même, direction artistique, costumiers, scénographes et 99% des angles de caméra pauvres qui composent le spectre inférieur de vue pour maintenir le succès public et à de rares exceptions est presque toujours la certitude d’un produit médiocre.

Pour mieux comprendre le système GLOBO est nécessaire de préciser que même les communistes et les gauchistes ont été intégrés et assimilés par la norme prédominante. Des exceptions peuvent être comptés dans les deux mains, au maximum.

Pourtant, en tant que oligopole il n’était pas nécessaire d’investir dans des longs métrages ni y avait une obligation légale de le faire, comme c’est le cas dans de nombreux pays européens. Lorsque les organisations GLOBO soulevé M. Collor de Mello à la présidence de la nation, il a appelé à une fin abrupte de l’organisme de la cinematographie financé par l’État (Embrafilme) et la petite production de longs métrages a complètement arrêté. De 1990 à 1994, aucun long métrage a été produit dans le pays.

La demande pour des instruments financiers en mesure de financer une industrie cinématographique a toujours été un frein majeur pour les élites culturelles et le gouvernement avait mis en place un instrument qui, en fait, était tout à fait réussie pour atteindre les objectifs de ces petits “brillants esprits»: exonération d’impôt pour les entreprises investissant dans des productions cinématographiques. Lentement mais sûrement, le système a commencé à régler.

Les bases de celui-ci sont: un metteur en scène / écrivain arrive avec un projet. Habituellement, ils ne sont pas seuls et ont attaché les producteurs qui feront package du projet, joindre le talent (acteurs Globo) et enregistrez le projet avec l’organisation d’Etat (Ancine) pour approbation (à savoir l’autorisation de lever des fonds). Le projet est ensuite déposé à la Bourse (ouais, jamais sous-estimer la capacité de grandeur que les élites brésiliennes ont!) Et ensuite ils vont à la chasse de l’argent. Après cela, il est tout à la directrice du marketing de grandes sociétés à fixer, conformément à leur propre agenda de quel film à l’appui ou non.

Mais, et il y a toujours un grand mais, les entreprises n’investissent pas la soi-disant «bonne monnaie». Non, non! Ils vont «investir» l’argent pourri d’argent et peu importe le nom dégoûtant autres qu’ils se présentent dans la production de cinéma ou de théâtre ou un ballet. C’est la même chose du point de vue du directeur du marketing et de l’argent feuilles de la même casserole: les impôts sur les sociétés en raison (dommage) de trésor de la nation. Inutile de dire qu’il n’ya pas d’investissement que ce soit. Ils prennent jusqu’à 4% de la taxe due entreprise et la mettre dans un, deux, combien de productions qu’ils jugent bon et que ce montant est abattus de leur taxe. Ainsi, chaque production dans le pays s’écarte entièrement payé avant même de la pré-production. Il n’ya pas de risque associé aux producteurs, scénaristes et réalisateurs. Tous les salaires payés en entier à des tarifs par rapport aux films européens sont très élevés. Si un realisateur écrit et produit également le film (pas rare du tout) le bénéfice net de cet artiste est souvent de 30% de l’ensemble du budget. Budget moyen des caractéristiques brésiliennes? Actuellement en moyenne de US $ 4 millions. Certains atteindre 8 / 10 millions de dollars américains. Basically it’s all “Global Production Standard” valeurs de production artistique. Pas trop différent de regarder un épisode de soap-opéra, mais dans la salle de «magique noire» dans un tout nouveau Cinemark Multiplex. De rares exceptions, la médiocrité est la norme.

Si le film ne parvient pas carrément dans le box-office? Qui perd? Personne. Il est entièrement payé. Payé par l’Etat brésilien, et ultimement par la population pauvre du Brésil qui n’a pas de soins de santé, ni des services publics décents et encore moins le droit de se plaindre une autre inégalité gigantesque de la riche joueur place et à venir, la puissance mondiale défendue par le président des cols bleus.

Il vaut la peine de remarquer que l’ancien ministre de la Culture, le chanteur Gilberto Gil, a reçu également l’argent des subventions, peu après avoir quitté le ministère pour plus de US $ 200,00 devinez quoi? Pour produire sa musique DVD! Si Caetano Veloso veut faire un spectacle avec des billets coûtent 100 $ US par tête, il demande de subventions ainsi. Si arrive des problèmes ou des plaintes proviennent du fait que l’un des chanteurs les plus riches du pays obtient des subventions, il se fera appeler le ministre de la Culture de sièges et les règles se plieront à répondre à ses besoins.

Est-il une stratégie dans les travaux concernant la “révolution numérique”? Ouais, Walkiria Barbosa, directeur du Festival do Rio a récemment déclaré qu’il est nécessaire de combiner «l’éducation + punition + alternatives». Comme une vieille école stalinienne, elle a tout debrouillée. Elle et tout le reste! Pour parler des alternatives réelles au Brésil est de vous jeter hors de l’image, je sais! Je le fais au moment où j’écris ces pages. Ne pensez pas en dehors de la chambre noire avec un projecteur de la gestion d’une copie 35 mm, sinon vous ne sont pas suffisamment cultivés au mieux. Si elle arrive au pire vous êtes un criminel et fin du jeu. Fin de la discussion. Quelqu’un va trouver une façon de vous punir.

A LA FIN DU JOUR, c’est un investissement, effectué par une personne morale dans une autre entité juridique. Si le produit est bon et a des rendements, les «investisseurs» recevront le capital plus les profits. Les taxes de l’entreprise dues? Oubliez ça, personne ne sera jamais rappeler que des détails mineurs, pour l’amour de Dieu!

Les mauvaises nouvelles? Tout cela est réservé aux ressortissants brésiliens mais si vous êtes Woody Allen les gouvernements seront au départ à payer pour votre production. Bâtardise est un art très apprécié dans le pays.

Un temps de patient avant la révolution

Après plusieurs années de flotter à la dérive dans le domaine de producteurs de médias et d’autres parasites du genre, de nombreux auteurs ont décidé de rompre avec le système et faire quelque chose avec leur vie. Beaucoup ont simplement changé de profession. Mon cas est une boule différente et je ne peux pas et je refuse de renoncer à une vie de lutte, car les gens à courte vue sont au pouvoir dans l’industrie culturelle. Non, je ne céderai pas et si je descends, je vais descendre combats.

Peu importe où, et en fait je crois que les frontières sont assez inutiles quand nous parlons de production et de distribution culturelles à propos, les vieux médias traditionnels est une fuite à travers les coutures et les correctifs ne sont pas efficaces afin de maintenir les règles établies en place.

L’Union européenne a ouvert la voie à la répression de l’Internet à travers l’article 138 qui met fondamentalement le système de justice en lambeaux: pas besoin d’ordonnances de justice pour punir les «mauvais» citoyens qui téléchargent du matériel illégal. Sarkozy et d’autres petits hommes seront les mains libres à punir. Leur ego se gonfle mais la réalité est assez méchant pour montrer que moins qu’elles ne constituent un système répressif d’autant qu’il n’y est en Chine et en Iran (regardez à qui les gouvernements européens doivent chercher de l’inspiration!) Tous ces efforts seront vains. Presque au même moment, le gouvernement américain a abrogé le droit des initiatives de l’aile à force d’Internet.

J’ai vu une interview du réalisateur chilienne-espagnol Alejandro Amenabar dans Radio Cable où il disait des choses intéressantes: a) il est impossible de gagner contre zéro! b) L’Internet apparaît dans le XXI ème siècle comme les chrétiens sont apparu au début du premier millénaire comme une force révolutionnaire authentique. c) Internet doit-il réglementé afin d’une demi-douzaine de cinéastes comme lui-même continuera d’être en mesure de produire des films à 50 millions d’euros inscrit au budget  (en italique sont des citations textuelles de M. Amenabar). Assez intéressant de voir et d’entendre que l’homme  défendre sans aucune espèce de honte ou l’embarras de l’injustice et surtout l’absurde “réglementation d’Internet» dont il prétend être une nécessité pour des films comme sa production délirante qui ne peuvent pas être payés jamais dans le marché européen, mais qu’il considère comme une nécessité pour le monde et un droit qu’il a acquis.

Quels sont donc parlons-nous maintenant? Révolution? Je pensais que ces petits mots ont été laissés après 20 ans de la chute du mur de Berlin, mais il semble que les analogies sont en cours avec les anciens Chrétiens renversement de l’Empire romain!! Cela est étonnant et lumière révélatrice à la fois. Majors d’Hollywood et un bouquet de l’Euro-cinéastes qui aspirent la célébrité à tout prix ont oublié leurs différences historiques et ont uni leurs forces avec le Nord-droite américaine aile, avec les”républicains”, avec les gouvernements européens les plus autocratique, tous dans une croisade contre les “infidèles”, les voleurs comme les sociétés d’auteurs dans l’Europe appelent les téléchargeurs  . Cela conduit seulement à mon avis que lorsque tous les ennemis irreconciables unir leurs forces, c’est parce que la guerre est à 100% perdue.

Quelle est la prochaine alors? Il semble que toutes les options sont correct quand aucune option n’est prise. Certes, nous n’allons pas voir la fin de fois (si la fin du temps de venir nous seront morts de toute façon et il ne sera pas question pour longtemps), le cinéma et la télévision continuera d’exister en tant que théâtre et de ballet ne sont pas morts à cause de le cinéma et plus tard sur le cinéma survécu vidéo et DVD. Il y aura toujours un public pour ce média. Mais la vérité du problème est qu’actuellement, tous les studios sont furieux et auteurs établis n’est pas non plus parce que le film se meurt. Le film est ne meurt pas! Le marché du DVD est en phase terminale. Auncun blockbusters hollywoodiens sont payé avec des copies 35mm libérés en salle. Jamais, depuis les fin des années 1970! Tout était payé par la vidéo et plus tard par les DVD et les locations ventes. Supports numériques, la quasi-coût-medias libres aujourd’hui. Alors, s’il vous plaît Mesdames et Messieurs! Quittez hurlant sur le cinéma (cinéma) et de parler au nom du jeu: faire de l’argent. Les ventes de DVD. Locations de DVD. Les médias numériques. Droit d’auteur.

Cette courte vidéo illustre parfaitement le nouveau paradigme de l’industrie du divertissement est confrontée.

Advertisements

Leave a comment

No comments yet.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

  • Calendar

    • October 2017
      M T W T F S S
      « Dec    
       1
      2345678
      9101112131415
      16171819202122
      23242526272829
      3031  
  • Search